Emile Cioran : Histoire et utopie

La connaissance ruine l’amour: à mesure que nous pénétrons nos propres secrets, nous détestons nos semblables, précisément parce qu’ils nous ressemblent. Quand on n’a plus d’illusion sur soi, on n’en garde pas sur autrui; l’innomable que l’on décèle par introspection, on l’étend, par une généralisation légitime, au reste des mortels; dépravés dans leur essence, on ...

Pour toute grande oeuvre il faut de la passion et pour la Revolution il faut de la passion et de l’audace a hautes doses.

Pour toute grande oeuvre il faut de la passion et pour la Revolution il faut de la passion et de l’audace a hautes doses. Auteur: Ernesto Guevara, dit Che GuevaraThème: GensMots: oeuvre, audace, hautes

Le succes est le seul juge ici-bas de ce qui est bon et mauvais.

Le succes est le seul juge ici-bas de ce qui est bon et mauvais. Auteur: Adolf HitlerThème: BonheurMots: seul, bon, mauvais, succes, juge, ici-bas

Johann Wolfgang von Goethe : Maximes et réflexions

Il n’est pas besoin de faire le tour du monde pour se convaincre que le ciel est bleu partout. Johann Wolfgang von Goethe : Maximes et réflexions

Alexandre Dumas (père) : Le comte de Monte-Cristo

La joie fait quelquefois un effet étrange, elle oppresse comme la douleur. Alexandre Dumas (père) : Le comte de Monte-Cristo

Anatole France : Le jardin d’Epicure

L’artiste doit aimer la vie et nous montrer qu’elle est belle. Sans lui, nous en douterions. Anatole France : Le jardin d’Epicure

George Gordon Byron : Manfred

La douleur devrait instruire le sage; souffrir, c’est connaître: ceux qui savent le plus sont aussi ceux qui ont le plus à gémir sur la fatale vérité; l’arbre de la science n’est pas l’arbre de vie. George Gordon Byron : Manfred

Alfred de Vigny : Servitude et grandeur militaire

Quand on parle de soi, la meilleure muse est la Franchise. Je ne saurais me parer de bonne grâce de la plume des paons; toute belle qu’elle est, je crois que chacun doit lui préférer la sienne. Alfred de Vigny : Servitude et grandeur militaire

Johann Wolfgang von Goethe : Les souffrances du jeune Werther

C’est une chose bien uniforme que l’espèce humaine. La multitude emploie la plus grande partie de son temps à travailler pour vivre, et le peu de liberté qui lui reste lui pèse tellement, qu’elle cherche tous les moyens de s’en débarrasser. Johann Wolfgang von Goethe : Les souffrances du jeune Werther

Bernard le Bouyer de Fontenelle : Entretiens sur la pluralité des mondes

S’il se pouvait faire que nous eussions de la raison, et que nous ne fussions pourtant pas hommes, et si d’ailleurs nous habitions la lune, nous imaginerions-nous bien qu’il y eût ici-bas cette espèce bizarre de créatures qu’on appelle le genre humain? Pourrions-nous bien nous figurer quelque chose qui eût des passions si folles, et ...